Petrocaribe : Fritz William Michel en fait peu de cas

Written by on September 9, 2019

Contrairement à son prédécesseur, Jean Henry Céant qui avait pris position dans le dossier Petrocaribe, le Premier ministre nommé qui vient de franchir l’étape de la Chambre basse, n’en fait pas une de ses priorités. Toutefois, il promet de renforcer les institutions clés en matière de lutte contre la corruption pour instaurer la bonne gouvernance.

Si le dossier Petrocaribe a été la toile de fond du discours du notaire Jean Henry Céant pour gagner la confiance de la population haïtienne comme chef de gouvernement, son successeur Fritz William Michel ne fait pas de cette affaire nationale sa priorité. En élaborant peu sur ce dossier, le Premier ministre nommé semble ne pas vouloir prendre à contre-pied le président de la République indexé dans ce dossier. Même s’il se dit conscient des mauvaises pratiques qui continuent de miner les valeurs et l’image de la fonction publique du pays, le Premier ministre nommé préfère s’engager à travailler avec les institutions concernées au lieu de mettre les bouchés doubles pour la tenue de ce procès. Toutefois, dans un petit paragraphe concédé au dossier Petrocaribe, Fritz William Michel prévoit de fournir un support à la réalisation du procès Pétrocaribe. Ce soutien consistera particulièrement à s’assurer que les instances judiciaires disposent de moyens matériels, financiers et humains suffisants pour leur permettre d’assumer leurs responsabilités en la matière.

En fait, parler de corruption au cours de ces trois dernières décennies dans le pays, c’est souligner de nombreuses affaires qui ont bouleversé la République. Le dossier Petrocaribe arrive en tête. Les différentes mobilisations populaires dans les rues au cours de l’année 2018 et au début de cette année ont consacré l’intérêt national de ce dossier. Entre autres, ce dossier a contraint plusieurs personnalités du pouvoir en place à se retirer de leurs fonctions officielles pour se mettre disponible pour la justice. Et, le président Jovenel Moise devient de plus en plus contesté à cause de son implication, selon la Cour des comptes, dans ce vaste scandale de corruption avant son ascension à la magistrature suprême de l’État. De nombreux citoyens réclament son départ pour faciliter le procès de cette affaire, puisqu’ils estiment que le président doive aussi répondre de ses accusations.

Comme ancien fonctionnaire du système, Fritz William Michel opte surtout pour le renforcement des institutions de contrôle afin de combattre la corruption dans l’administration publique. Il prévoit la révision du cadre d’organisation et de fonctionnement de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (CSC/CA) ainsi que la revue de ses procédures. Il accordera également son soutien au projet de loi, révisant le cadre d’organisation et de fonctionnement de l’unité de lutte contre la corruption (ULCC), qui est sur les rails afin de doter l’institution d’une plus grande autonomie et, ainsi, accroître ses interventions tant en prévention qu’en répression des actes de corruption. Il a aussi indiqué que l’unité centrale de renseignements financiers (UCREF) sera investie de missions plus précises et ponctuelles afin de contribuer à la lutte contre le blanchiment des avoirs et la traque des biens mal acquis.

Par ailleurs, dans le cadre du contrôle administratif, le Gouvernement de Michel, s’il passe l’étape du Sénat, s’attachera à faire des institutions de contrôle telles que la Commission nationale des marchés publics (CNMP), l’Inspection générale des finances (IGF), l’Unité de Lutte contre la corruption (ULCC), le Corps des comptables publics (CP), le Corps des contrôleurs financiers (CF), de véritables gardiennes des bonnes pratiques dans les administrations. Il instituera des structures d’audit interne à l’intérieur de chaque ministère, de chaque service techniquement déconcentré et techniquement décentralisé.

L’actualisation du dossier Petrocaribe n’a pas été une volonté du pouvoir en place. Cependant, les pressions des rues, notamment celles des petrochallengers, ont contraint la CSC/CA à réaliser deux rapports sur la gestion et l’utilisation de ce fonds.

Woovins St Phard


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist